Il y a quelques années, je suis tombé sur Watchmen de Zack Snyder. Ça a été la révélation. Jusqu’à aujourd’hui, ce film demeure pour moi le meilleur film de super héros. Oui vous avez bien lu. Pour moi, il est bien devant Avenger Endgame et Infinity War.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la série Watchmen de HBO (Game of Thrones, Les Soprano, Westworld). Si comme moi vous avez aimez le film, il n’y a aucun doute que vous allez aimer la série.

Watchmen se passe dans un monde uchronique dans lequel les USA ont gagné la guerre de Vietnam et celui-ci est devenue le 51e Etat américain. En 2017, un groupe de suprémacistes blancs appelé la 7e Kavalerie, se revendiquant successeur de Rorschach, s’en sont pris aux policiers de la ville par leurs familles. Depuis cette nuit appelé “la nuit blanche”, les policiers de Tusla ont l’autorisation de porter des masques afin de conserver l’anonymat. La série commence 3 ans après le drame et l’on suit Angela Abar et le reste de la police essayant de démonter la 7e Kavalerie.

Je vous le dis tout de go, j’ai pris une claque. Tout un après-midi, me suis assis, et j’ai apprécié chacun des 9 épisodes de cette série. Comme le film, pour moi cette série est la meilleure série adaptée de comics que j’ai vue. Les scénaristes ont choisi de prendre pour thème principal le racisme et c’était bien pensé, quoi de mieux que Watchmen pour le faire ?

D’une certaine manière, la série pousse les personnes intelligentes d’en face (derrière leurs écrans) vers une sorte de remise en question. S’ils sont si violents, n’est-ce pas au fond parce qu’après nous en être servie comme esclave, nous les avons traités comme des animaux ? Les chassant, les battant, les tuant, traînant leur corps sur de longues distances ? N’ont-ils pas le droit d’être en colère quand on leur tire dessus au moindre geste brusque ? Les dénonçant quand ils attendent leurs amis au McDo, appelant les flics quand ils s’endorment à l’université ?

Toutes ces réalités sont dépeintes dans la série, avec une justesse et un réalisme sans pareil.

A la fin, la série propose un semblant de réponses aux précédentes interrogations : cette violence, ce n’est pas de la colère… c’est de la peur mêlée à de la tristesse. Et ce genre de blessure ne peut guérir que si on en parle, sans tabou, afin que l’on tourne une page et que l’on passe à autre chose.

Attention, la série n’est pas en train de justifier la violence de certains, au contraire. Au travers de certains personnages, on comprend que ceux qui s’engagent sur cette voie se fourvoient et se perdent. Si la série a pour thème principal le racisme, il y en a bien d’autres tout aussi bien traités. Comme le thème du traumatisme, au travers du personnage de Looking Glass. Il représente selon moi, le traumatisme du 11 Septembre.

La série est faite de nuances. Il n’y a pas vraiment de bon ou de gentils, enfin si. Les suprémacistes blancs sont de gros cons. Ça j’y peux rien. Mais au-delà ça, les personnages font des choix qui questionnent votre moral. A vous de vous demander si ce qu’ils font est juste.

Si les thèmes de cette série sont superbement abordés, les personnages de l’histoire sont juste magnifiques. Les backgrounds ont été mis en place correctement. Ce qui fait que même si on en vient à questionner leur motivation, on arrive toujours à se demander et si x ou y avait raison ? Et c’est là que se trouve la véritable force de la série à mon avis.

Ozymandias a-t-il sauvé le monde ?

Dr Mahattan a-t-il bien usé de ses pouvoirs ou en a t’il été indigne ?

Lady True a-t-elle eue raison de faire ce qu’elle avait faire ?

Autant de questions auxquelles vous seuls pouvez répondre en regardant cette série.

Elle n’est pas parfaite, il y’a des éléments qui auraient dû être mieux utilisés, d’autres qui sont passés à la trappe, des incompréhensions parfois. Mais bon, n’est-elle pas à notre image ? Imparfaite ? Si vous voulez un mélange de réflexion et de combats, regarder cette série de HBO, elle en vaut le détour…