J’emprunte à Bulma sa machine à explorer le temps afin de m’abonner à Disney+ et donc regarder cette série issue de l’univers de Star Wars : The mandalorian. Parce que oui, Disney+ est déjà disponible en Amérique et dans d’autres pays, mais chez nous il ne sera disponible qu’à partir du 31 Mars 2020

Une suite à l’univers Star Wars ?

Pour commencer, afin de regarder cette série, il faut avoir regarder un minimum les films issus de l’univers Star Wars. Sinon :

1. Vous allez être perdu

2. Vous allez vous ennuyez.

The mandalorian se déroule entre l’épisode 6 intitulé le Retour du Jedi (5 ans après) et l’épisode 7, le Réveil de la Force (25 ans avant). Le scénario s’attache à suivre les voyages d’un chasseur de primes mandalorien joué par Pedro Pascal ( game of thrones, Narcos) dans une galaxie, far far far away.

La série n’est pas mal. Pour moi elle fait office de saison pilote. En effet, cette saison sert à poser la base de ce sur quoi le futur de la série va se poser, pour construire son intrigue. Parce que soyons sincères, il n’y pas vraiment d’intrigue dans cette saison. Les épisodes sont plus ou moins indépendants les uns des autres et il n’y pas de véritable fil conducteur. C’est comme lire plusieurs histoires de Lucky Luke.

A vrai dire, cela m’a un peu décontenancé. L’effet Game of Thrones je suppose, mais après quelques épisodes je m’y suis fait.

En parlant d’épisodes, ils sont assez inégaux. Certains sont plus intéressant que d’autres, mieux réaliser aussi, tandis que d’autres étaient juste bof. Mes préférés sont dans doute les épisodes 3, 7 et 8.

Dans l’ensemble, les décors sont assez bien fait. On se retrouve vraiment dans du Star Wars, les planètes et les différentes espèces sont bien travaillées. Bref l’univers est assez bien fait.

Au fil des épisodes, on apprend qui sont les mandalorians et comment ils fonctionnent. Je dois avouer que j’ai eu des étoiles dans les yeux à ces moments là.

Une suite pas forcément à la hauteur

Malheureusement, la série est bourré de défauts qui pourrait en rebuter plus d’un, surtout ceux qui voudraient découvrir pour la première fois l’univers Star Wars, par cette série.

L’un des points négatifs (en enlevant le manque de fil conducteur et les errances  du personnage principal ainsi que la lenteur de la mise en place), c’est les combats et les gunfights que je trouvais un peu mou. A mon avis, ils doivent changer celui qui s’occupe des chorégraphies parce que bon quoi. A part dans les deux derniers épisodes, les gunfight étaient au pire bof, au mieux soporifiques.

Ah je viens de me rappeler d’un autre défaut de cette série: les stormtroopers.  Quand tu sais qui ils sont et que tu les vois aussi vite crevés, tu te poses des questions. Un coup de blaster, ils sont morts. Et dans la même série tu vois des marmites mieux résister à  ces mêmes tirs de blasters… c’est déconcertant.

Le dernier point négatif qui me revient à l’Esprit là, c’est un des personnages. Le mec, c’est la solution miracle à tout le problème. C’est simple, dès qu’il y’a une situation compliquée, tu sais qu’à un moment, il va intervenir et faire quelque chose. Ce qui fait que, bein, tu devines aisément dès le départ ce qui va se passer.

Chose étrange, si d’habitude ce genre de détail m’agace profondément, bein là, c’était pas le cas. J’ai tout de même trouvé les épisodes plus ou moins sympa.

The Mandalorian, une série à suivre

The mandalorian est une série pilote sympa à regarder, sans plus. Elle respecte l’univers, elle pose les bases, et ce n’est qu’à partir de l’épisode 7 que l’intrigue prend.

Je vous la conseille, si vous n’êtes pas étranger à l’univers de Star Wars. Et puis Gina Carano ( Piégée, Deadpool) quoi, elle est canon cette meuf, rien que pour elle, la série vaut  le détour. Il y’a d’autres aussi, comme Giancarlo Esposito (Breaking Bad, Better Call Saul), super charismatique en méchant. Les personnages sont assez attachants, même s’ils ne bénéficient pas de  la même profondeur d’écriture.

Pour ma part j’ai passé un bon moment. J’espère seulement que la saison 2 ne sera pas comme la première. Sinon ce serait du gâchis.